le blog des fanas de livres

13 juillet 2017

Pause estivale

Le temps de profiter de la famille,

de faire un voyage sur une perle de l'Adratique,

de buller et me reposer ...

A bientôt

 

livre-plage

 

Posté par Gambadou à 23:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2017

Ni terre, ni mer, de Anne Von Canal

PAL

Un livre qui était arrivé dans ma boite aux lettres l'année dernière sans que je le demande, et qui a attendu un certain temps sur ma PAL avant que je m'en empare. Une très belle lecture. Et en plus je vais enfin pouvoir publier dans mon "objectif PAL".

ni terre ni mer

Laurits Alexander est pianiste sur un paquebot de croisière. Au grès de ses rencontres sur ce bateau qui quitte Venise, on revient par flash-back sur sa vie, son enfance et ses choix de vie.

Car Laurits n'a pas toujours été pianiste. Elevé de manière rigoureuse à Stockholm, son père le voulait médecin et abhorrait son idée de faire carrière dans les arts. 

Et il va fuir : sa passion, sa famille, son enfance, son amour ... cherchant à se reconstruire entre terre et mer.

Un premier roman marquant et très bien écrit. Un gros coup de coeur pour Antigone.

 

Extrait : « Combien de fois peut-on recommencer de zéro ? Combien de chances a-t-on dans sa vie ? Et combien de fois supporte-t-on ça ? Combien de fois puis-je muer avant qu’il ne reste plus rien de moi ? »

 

Posté par Gambadou à 05:51 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 juillet 2017

Le saut oblique de la truite, de Jérôme Magnier-Moreno

saut oblique

Un livre gentiment envoyé par l'auteur dans une belle enveloppe dessinée par lui même (tout comme la couverture du livre).

Jérôme, élève architecte, se rend en Corse pour retrouver Olivier, un ami fantaisiste qui ne sera pas au rendez-vous. Voilà donc Jérôme seul pour quelques jours dans l'île de beauté. Avec sa canne à pêche il va remonter un cours d'eau. Pour lui, ce sera un parcours initiatique marquant.

J'ai aimé la lumière de ce roman qui rappelle celle de cette belle île. Le titre des chapitres reprend des teintes éclatantes et la nature est présente et bien décrite. J'ai eu plus de mal avec les passages un peu plus cru.

Une sorte de journal de bord plein de sensibilité. Un premier roman coloré avec quelques passages provocants où j'ai moins adhéré.

parution 03/2017 - 91 p - Phébus.

Posté par Gambadou à 06:54 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 juillet 2017

Les milles talents d'Euridice Gusmào, de Martha Batalha

euridice

Dans le Brésil des années 50, Euridice même une vie bien rangée entre un mari banquier et deux enfants rapprochés. Mais Euridice s'ennuie. Alors elle décide d'apprendre des nouvelles activités comme la cuisine ou la couture, mais elle le fait de manière quasi professionnelle et se fait rappeler à l'ordre par son mari. Une femme doit élever ses enfants et s'occuper de son mari, point final. Parallèlement, sa soeur Guida connaît des multiples déboires amoureux.

Résumé comme ça, cela peut paraître peu intéressant de suivre l'enchaînement du quotidien, mais c'est fait avec plein de verve, d'humour et de gaieté (comme la couverture). Même les passages plus négatifs deviennent lumineux. Les personnages sont très attachants (j'ai beaucoup aimé le libraire amoureux). C'est enlevé et  très agréable à lire. J'ai juste regretté la fin qui m'a laissé un sentiment d'inachevé.

Bref, un bon roman enjoué et pas si léger que ça.

Posté par Gambadou à 05:26 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 juillet 2017

Une femme au téléphone, de Carole Fives

une mère au téléphone

Ce roman présente une suite de coup de fil donnés par une mère à sa fille. La soixantaine, divorcée, celle-ci est assez acariâtre et bi-polaire. Dans la plupart de ses appels, elle reproche à sa fille de ne pas venir la voir, de ne pas s'occuper d'elle alors qu'elle a un cancer, de ne pas l'appeler ... mais en même temps quand son fils ou sa fille l'invite elle les critique, trouve qu'elle est mal reçue, qu'ils élèvent mal leurs enfants... Et à côté de ça, il y a des appels hilarants quand elle recherche un compagnon et s'inscrit sur tous les sites de rencontres.

On pourrait penser que ce n'est qu'une suite de reproches, mais en fait j'ai été étonnée de trouver cette mère touchante dans ses envolées. Il y a beaucoup d'émotion qui transparaît dans ses appels, dans ses relations avec les autres.

Un livre qui a su me toucher, une présentation originale.

parution 12/2016 - 98 p. - Gallimard

Extraits : "Tu regardes quoi à la télé ? Je vais me mettre le même programme, comme ça j'aurai l'impression qu'on est un peu ensemble."

"Je n'ai plus mes repères, avant je me raccrochais à ma baraque, à un mec, aux tracas de la vie quotidienne, maintenant mes seuls repères, c'est vous mes enfants."

"La psy de l'hôpital m'a dit que j'étais bipolaire légère à tendance borderline, comme si je ne savais pas."

Posté par Gambadou à 11:50 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2017

Moi par mois, juin

90 ans de ma belle mère, toujours en forme / quatre heure trente de shopping avec fille n°2, je n'en peux plus ! / une séparation après plus de vingt ans de vie commune, mais des enfants/famille/amis présents et au top / fils n°1 licencié en droit - Bravo ! / après-midi avec des élèves pour la remise d'un prix littéraire en compagnie de trois écrivains. Toujours aussi agréable de voir des jeunes lecteurs passionnés / retransmission en direct de l'opera Carmen sur la place de la mairie le soir - Soirée copines avec pique-nique et pliant : super ambiance et beau programme avec près de 6.000 personnes / pas de mutation pour cette année / bon anniversaire fille n°3 / une super journée au bord de la mer avec des amis venus d'Orléans - marée haute, pas un nuage, calme - divin / passer plus de 4 heures à essayer d'enlever un méga-énorme noeud dans les cheveux de fille n° 3, avec le peigne coincé qu'il faut découper millimètre par millimètre, je ne comprends toujours pas comment elle a fait. Ça se fini chez le coiffeur, 2h et quelques mèches en moins, mais le résultat n'est pas si mal / il fait très chaud dans mon CDI en préfabriqué sans ouverture et avec 30 élèves toutes les heures qui viennent s'y réfugier / se rendre compte que ça fait plus d'une semaine que je n'ai pas été sur mon blog et que les posts déjà enregistrés se mettent tout seul - pas envie, je fais une pause / fille n°2 valide sa première année, fille n°3 a son code - cool / super soirée avec les copines de notre cercle littéraire

carmen

Posté par Gambadou à 06:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
21 juin 2017

une petite pause bloggesque

Un petit coup de mou dans mon investissement dans la blogosphère.

Rien de grave, juste un manque d'envie et plein de choses à faire à côté.

Je continue à lire, mais pas à faire mes posts ....

A bientôt !

 

Mafalda

 

Posté par Gambadou à 06:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
18 juin 2017

14 juillet, de Eric Vuillard

14 juillet

Livre acheté à la suite d'une rencontre avec l'auteur lors du festival "rue des livres" de Rennes. Un super orateur qui parlait avec passion de cette journée du 14 juillet 1789, titre de son livre.

Au lieu de raconter la prise de la Bastille telle qu'on l'a apprise dans les livres d'histoire avec quelques noms célèbres, Eric Vuillard le fait du point de vue des acteurs de cette journée, celui des "petites gens" qui se sont soulevés et ont risqué leurs vies pour la révolution.

Ce roman est uniquement narratif, il n'y a aucun dialogue et,  souvent, l'auteur énumère le nom des protagonistes et leurs métiers de manière assez répétitive. Il y a pourtant des passages très intéressants, riches historiquement et  très dynamiques, mais aussi des longs passages où les noms se succèdent. J'avoue ne pas avoir retrouvé l'enthousiasme de la rencontre avec l'auteur dans ce roman. Dommage.

Posté par Gambadou à 04:54 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 juin 2017

Le jour avant le bonheur, de Erri de Luca

le jour avant le bonheur

Nous sommes à Naples après la guerre. Un jeune orphelin est élevé par le concierge de son immeuble. Un vieil homme et un enfant qui forment une famille de coeur. Le concierge va lui apprendre le bricolage, les jeux de carte mais aussi l'amour et la solidarité. On suit le jeune garçon dans cet apprentissage de la vie plein de bon sens entre discussions, lectures et souvenirs. Ça se lit comme un conte.

Une écriture ciselée qui m'a donné envie de mettre des post-it partout, une histoire d'amour et d'amitié, un roman d'initiation fort.

Extraits :

"On écrivait avec une plume et de l'encre versé dans un trou de notre pupitre. Écrire était une peinture, on trempait sa plume, on faisait tomber les gouttes jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'une avec laquelle on arrivait à écrire la moitié d'un mot. Puis on la trempait à nouveau. Nous de la pauvreté, nous séchions notre feuille à la chaleur de notre respiration. Sous notre souffle, le bleu de l'encre tremblait en changeant de couleur. Les autres l'essuyaient avec un buvard. Le vent que nous faisions sur la feuille à plat était le plus beau. Les autres écrasaient les mots sous leur petit carton blanc."

"En haut de l'échelle, les pieds dans le vide, ma tête apprenait à puiser la lumière dans les livres. Un fois tous lus, j'en voulais encore."

"De ma petite fenêtre, les jours de soleil, j'arrivais à remonter vers elle à travers un ricochet de vitres."

"Les hommes ont besoin de moments spéciaux pour montrer leur valeur. Les femmes sont plus vaillantes dans la normalité."

parution avril 2010, Gallimard, 137 p.

Posté par Gambadou à 04:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 juin 2017

No Home, de Yaa Gyasi

116063707

Tout commence par Maame, au milieu du 18ème siècle. Cette jeune femme de la Côte-de-l'Or (actuel Ghana) va donner naissance à deux filles avec deux pères différents, dans deux villages rivaux. L'un subit l'esclavage quand l'autre travaille avec les anglais et livre les noirs capturés. Sur ses deux filles, l'une va devenir esclave et va être envoyée aux États-Unis, l'autre va être mariée à un anglais esclavagiste.

Deux destins qui vont avoir des répercussions sur toutes leurs descendances jusqu'aux années 2000.

Chaque chapitre présente un des descendants. Rarement l'enfance mais plutôt la vie, la prise de conscience du racisme, les inégalités, les rencontres, les combats. Comme il y a un arbre généalogique très simple en début du roman, on ne se perd pas du tout bien que l'on suive sept générations dans chacune des deux branches (donc 14 portraits).

A travers ces hommes et ces femmes, on suit la colonisation de l'Afrique, les guerres tribales, les esclaves dans les plantations américaines, l'abolition de l'esclavage remplacé par la ségrégation, l'indépendance du Ghana, les violences policières, le ghetto de Harlem, le poids de la sorcellerie, la couleur de la peau, les ravages de la drogue.

Couleur de peau, esclavage et racisme sont les fils conducteurs de ce superbe roman qui fait comprendre le long chemin vers la liberté des africains et afro-américains et le poids de l'héritage familial.

Une construction extrêmement bien maîtrisée, un roman historique très intéressant, une narration fluide et en plus une belle couverture. Pour un premier roman, c'est une très belle réussite.

 

Posté par Gambadou à 06:21 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,