le blog des fanas de livres

28 avril 2017

Je suis ton soleil, de Pavlenko Marie

je suis ton soleil

Un livre tout doré couvert de coquillettes, livré par l'éditeur dans un sac doré avec un sachet de coquillettes, une recette , une boite de mouchoirs dorée et un badge. Que demander de plus ? De quoi mettre du soleil dans la lecture ! 

Et pourtant il n'y en n'a pas trop de soleil au début de ce livre. Déborah voit ses parents se séparer, sa mère sombrer, sa meilleur amie s'éloigner avec un amoureux, son amour déçu et ses notes de terminale chuter. Il lui reste son copain homo, son chien qui pue, des profs compréhensifs, une libraire amie et ...

Parce qu'il y en a quand même du soleil dans ce roman, de l'amitié, du soutien et surtout beaucoup d'humour.

Un roman d'initiation où Déborah va traverser de nombreuses épreuves pour en ressortir plus forte et plus indépendante. Une tranche de vie avec ses hauts et ses bas, ses délires et ses angoisses, sa douceur et ses coups de gueule. Une histoire qui se tisse petit à petit dans le quotidien d'une adolescente. 

C'est enlevé (juste un peu trop de mots grossiers pour moi en début de livre, même si cela montre bien l'énervement de Déborah), c'est dynamique, joyeux et triste à la fois. Je pense que cela montre bien l'univers adolescents avec des problèmes futiles qui prennent une grande importance, et d'autres beaucoup plus profonds qui nécessitent l'intervention d'un adulte et qui marqueront une vie entière.

Tous les personnages sont attachants et on a envie de les accompagner et de les aider. Une lecture qui reste légère grâce à tout l'humour qui est parsemé, malgré les thèmes parfois difficiles qui y sont traités. 

 

Posté par Gambadou à 03:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 avril 2017

Abélard de Renaud Dilliès et Régis Hautière

ab-lard-tome-1-la-danse-des-petits-papiers

abelard tome 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une bande dessinée dont j'avais découvert les dessins lors d'une exposition au festival Étonnants Voyageurs à Saint Malo l'année dernière. Sylire, qui m'accompagnait, m'en avait fait l'éloge. Alors comme le scénariste était présent lors du salon "rue des livres" à Rennes, j'ai craqué, et j'ai bien fait ! 

Le poussin Abélard a toujours vécu dans le même marais, mais pour pouvoir séduire une jeune femme rencontrée l'été, il décide d'aller décrocher la lune, et pour ce faire partir aux États-Unis où une nouvelle machine volante vient d'être inventée. Il part donc avec son baluchon, son banjo, son innocence et son chapeau d'où chaque jour il tire une maxime.

En chemin il va faire des rencontres et des découvertes tendres et dures.

Une histoire poétique entre rires et larmes. Des dessins et une histoire tendres et pleine d'humanité et de sensibilité.

Une histoire en deux tomes que j'ai refermé la gorge serrée.

Et hop, une BD pour "la BD  de la semaine", les liens sont chez Mo.

Posté par Gambadou à 03:03 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 avril 2017

Celui qui va vers elle ne revient pas, de Deen Shulem

presentation celui qui va vers elle ne revient pas

Un livre proposé par l'éditeur (Globe) et dont le thème m'intéressait, et je n'ai pas été déçue.

L'auteur, Shulem Deen, est né en 1974 et a été élevé dans une communauté juive ultra-orthodoxe de New-York. Vers 13 ans, il décide d'intégrer les skver, une communauté hassidique très stricte où on ne doit avoir aucun contact avec le monde extérieur. Marié à dix-huit ans avec une jeune fille de la communauté qu'il n'a pas choisi, rapidement père de cinq enfants, il commence à se poser des questions sur sa foi. Attiré par le monde extérieur, il va commencer à transgresser les règles en écoutant la radio, puis en lisant le journal avant de se rendre dans des bibliothèques et d'acheter un ordinateur. Le monde d'internet va lui ouvrir les portes de l'ailleurs et va accentuer son rejet de la religion. Exclu de la communauté pour hérésie, il va essayer de continuer à vivre en famille avec des règles plus souples avant de se rendre compte que seule une rupture totale lui permettra de vivre sa vie.

J'ai beaucoup aimé ce témoignage extrêmement bien écrit. Non seulement on y suit l'évolution de Shulem, ses atermoiements, ses doutes, ses peurs, son espoir,  mais aussi la douleur de sa femme qui le voit s'éloigner d'une religion qui représente tout pour elle. J'ai trouvé cette femme très digne, car même si elle est désespérée de voir son mari devenir hérétique, elle va quand même le suivre sur un bout de chemin.

Très intéressant aussi la vie des juifs ultra-orthodoxes qui ne connaissent rien du monde extérieur et vivent repliés sur eux-même. J'ai été étonnée que les enfants suivent uniquement un enseignement dans les yeshiva, passant leurs années à étudier la Torah sans jamais faire de mathématiques ou même apprendre l'anglais. Il est alors très difficile de quitter la communauté sans aucun bagage culturel.

Même si Shulem Denn critique cette éducation d'un autre temps, il nous montre aussi qu'elle lui a apporté des grandes joies et une enfance protégée au sein d'une communauté protectrice. Il nous parle aussi de la difficulté de "l'après" quand, au delà de trouver un travail, il faut apprendre à s'habiller, à avoir une conversation, à communiquer. Quand, seul dans son appartement, le manque de la communauté se fait sentir. Quand il faut se battre pour revoir ses enfants et que ceux-ci, embrigadés depuis la naissance, ne veulent pas le voir.

Beaucoup de sensibilité dans ce pavé plein d'humanité écrit sans colère. Une très belle découverte.

Je ferais un parallèle avec le livre "vent d'Est-vent d'Ouest" de Pearl Buck que fille n° 3 est en train de lire. Même découverte d'un monde inconnu, même curiosité vis à vis de la modernité, même rupture douloureuse avec les traditions, juste une autre époque et un autre pays.

Parution 02/2017 - 413 p.

Extrait : " Gitty était peut-être dans le vrai, me dis-je. Parler à des gens extérieurs à notre communauté me donnait à réfléchir. Or nous le savions tous : avec la réflexion commençaient les problèmes.

Malgré tout, j'étais incapable de résister à l'attrait de cette ouverture sur le monde. Tous les soirs, pendant des heures, je me connectais à America Online et j'engageais la conversation avec des inconnus, désireux de leur prouver que leur façon de vivre n'était pas la bonne, mais aussi follement curieux de connaître leurs points de vue et les mondes dans lesquels ils vivaient."

"Kol bo'eho lo yechouvoun. - Celui qui va vers elle ne revient pas." Tels sont les mots de la Bible envers la femme adultère. Tels sont ceux du Talmud envers l'hérésie."

10 avril 2017

et encore une pause !

Après une semaine marathon :

Gym lundi soir

Concert de Tryo mardi soir

Groupe littéraire de copines mercredi soir

Théâtre avec François Morel jeudi soir

Inspection vendredi (faut bien bosser quand même !)

Concert de Gaël Faye samedi soir

 

Je prends des vacances bien méritées ! 

Allez hop, je vous retrouve dans 10 jours !

chasse-oeufs-paques-batz1

 

Posté par Gambadou à 05:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2017

Poséidon le terrible, de Laffon Martine

présentation poseidon

Les élèves de sixième sont fans de mythologie et adorent quand ce thème est abordé en cours de français. Ce genre de petits livres correspond tout à fait à leurs envies, de par le thème, la facilité de lecture et bien sûr l'aventure.

Cinq soirs de suite, un ancien marin, Noétios, va conter autour du feu sa rencontre avec Poséidon, dieu des mers et des océans. On va aussi croiser Triton, Méduse, Ulysse, le Cyclope ou Charybde et Sylla. 

Un ton léger et une histoire captivante, que demander de mieux ?

Flammarion - parution 08/03/2017 - 128 pages

Posté par Gambadou à 04:51 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 avril 2017

Le testament de William S, de Sente et Julliard

Nous avons offert le dernier Black et Mortimer à ma mère pour Noël, et je comptais bien en profiter pour le lire ... mais le temps a filé. Il a donc fallu l'acheter nous-même !!!! L'occasion de participer à un nouveau "la BD de la semaine".

    blake-et-mortimer-le-testament-de-william-s-sente-juillard-courtoisie   blake-mortimer-tome-24-testament-de-william-s-le

Nous retrouvons nos deux acolytes, Francis Blake et Philip Mortimer, à Londres où une bande de jeunes détroussent les bourgeois autour de Notting Hill. Mais, parallèlement, une chambre secrète vieille de trois siècles est retrouvée dans un palais de Venise. Dans cette pièce, une mystérieuse lettre et un non moins mystérieux mannequin, font état d'enigmes à résoudre afin de découvrir la vérité sur William Shakespeare : véritable dramaturge ou génial faussaire ?

blake et mortimer date

Voilà Philipp Mortimer lancé dans la résolution des énigmes, accompagné d'une jeune étudiante en littérature, tandis que Francis Blake s'occupe des détrousseurs.

Mais les deux histoires sont-elles liées ?

Je ne suis pas une spécialiste de Blake et Mortimer, du coup je ne pourrais pas dire si cet album est fidèle... J'ai trouvé que l'aventure se tenait, que l'intrigue était assez forte et étonnante, et j'ai retrouvé avec plaisir l'âme chevaleresque des deux personnages principaux et le charme désuet anglais. 

J'ai passé un bon moment de lecture avec ces deux compères . A lire pour ceux qui ne sont pas dans la catégorie "fans de la première heure".

Posté par Gambadou à 03:07 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 avril 2017

Le Cercle, de Eggers Dave

présentation cercle

Mae Holland, parrainée par une amie de fac, à l'immense chance d'être embauchée dans "la" société qui monte : Le Cercle. Cette entreprise est un fournisseur d'accès internet qui permet de tout centraliser : mails, réseaux sociaux, sms, achats, transactions... L'idée est que le monde serait plus honnête et plus libre si tout était transparent. "Il a dit que l'âme du Cercle était démocratique. Que tant que tout le monde n'a pas le même accès à l'information, et tant que cet accès n'est pas gratuit, personne n'est véritablement libre. C'est ce qui est écrit en tout cas partout sur le campus."

Petit à petit, Mae ne vit plus que sur le campus qui offre dortoirs, soirées, restaurants ... et passe son temps à communiquer virtuellement. Le nombre de ses "followers" et du temps qu'elle passe dans le Cercle et sur la toile est comptabilisé et servira pour son évolution. Plus elle deviendra transparente, mieux cela sera.

Ce livre m'a fait réfléchir sur mes pratiques sur le net. Pour avoir des commentaires sur le blog, il faut que j'aille voir les autres blogs et que je laisse des commentaires, c'est un peu "donnant-donnant". Je regarder le nombre de "j'aime" que j'ai quand je poste quelque chose sur Facebook, je me suis remise à twitter parce que je convoite un poste où le directeur est très "nouvelles technologies". Mes enfants font le compte de leurs abonnés sur instagram et sont prêts à s'abonner à des personnes qu'il n'aime pas juste pour avoir un abonnement en retour. Du coup ça m'a dérangé ! 

Un livre qui me restera longtemps en mémoire.

Extrait : 

"Ça, c'est ton PartiRank. C'est un classement en fonction de ton taux de participation. Il y a des gens qui disent simplement que c'est un classement de popularité, mais ce n'est pas vraiment ça. C'est juste un résultat qu'on obtient avec un algorithme et ça prend en compte toutes tes activités sur CercleInterne. Tu comprends ?

- Oui, je crois.

- Ça comptabilise tes zings, tes followers en interne, les commentaires sur tes zings, tes commentaires sur les autres zings, tes postes, ta présence aux évènements du Cercle, les commentaires et les photos que tu postes ensuite : bref, ça collecte tout ce que tu fais ici, et ça le met en avant. Ceux qui sont le plus actifs sont naturellement les mieux classés. Comme tu peux voir, ton classement n'est pas terrible pour l'instant, mais ça c'est parce que tu es nouvelle et qu'on vient juste d'activer ton fil d'actualité. Mais chaque fois que tu posteras quelque chose, que tu feras un commentaire ou que tu participeras à tel ou tel évènement, ça sera pris en compte, et tu verras, ton classement évoluera en fonction. C'est là que ça commence à être drôle. Tu postes un truc tu grimpes dans le classement. Il y en a qui aiment ce que tu as posté, ton classement explose. Ça bouge toute la journée. Sympa, non ?"

Posté par Gambadou à 05:54 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 mars 2017

moi par mois, mars

Un mois riche en soirées, rencontres et littérature : 

- soirée "Gatsby le magnifique" et anniversaire surprise d'un ami sur le thème "reine, princesse et chevalier" ;  

- dîner entre amis ;  

- salon du livre et retrouvailles toujours très sympa avec des bloggeurs et des babéliotes ;

- réunions littéraires - avec des amies, avec des collègues, et séance de choix de livres pour un prix jeunesse l'année prochaine.

 

Un travail pour l'Homme après plus d'un an de chômage. Ouf !

 

Mon anniversaire fêté en avance par mes trois loulous réunis le temps d'un week-end. C'est des amours.

 

Le printemps qui arrive, le camélia en fleurs, les pivoines et les tulipes qui sortent de terre, le lilas en bourgeon. Je profite ! 

17554962_1272932992756167_1180892318_n   17474851_1272932999422833_567150517_n  17554607_1272932976089502_582000687_n

 

 

Posté par Gambadou à 04:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
28 mars 2017

Amon, mon grand-père m'aurait tuée, de Teege Jennifer et Sellmair Nikola

présentationGP

Jennifer est née à Munich en 1970 et a été placée dès sa naissance dans un foyer. Née de père Nigérien qui ne l'a pas reconnu et de mère allemande, celle-ci l'a mise en foyer pour pouvoir continuer à travailler en tant que secrétaire. Dans ce foyer, les parents peuvent venir voir leur enfant le week-end. A l'age de trois ans, les enfants sont repris par leurs parents ou placés dans une famille d'accueil. Sa mère ne pouvant pas la reprendre, elle va partir en famille d'accueil et va être adoptée à l'âge de 7 ans par cette famille. Elle ne revoit pas sa mère et sa grand-mère mais s'épanouit dans sa nouvelle vie familiale avec ses parents et ses deux frères adoptifs.

Mariée, deux enfants, Jennifer a un passé de zone d'ombre et de déprime. Un jour qu'elle se trouve à la bibliothèque, elle tombe sur un livre qui parle de sa mère biologique. Stupéfaite, elle apprend que son grand-père était un tortionnaire nazi, celui qui a été mis en scène dans le film "la liste de Schindler", le commandant du camp de Plaszow surnommé "le boucher de Hitler".

Se lançant dans des recherches, elle va reprendre contact avec sa mère biologique pour essayer de comprendre le passé familial.

Une partie est écrite par Jennifer Teege elle-même, entrecoupée de commentaire de Nikola Sellmair qui apporte un regard extérieur. Un témoignage très intéressant non seulement sur cette histoire mais aussi sur toute la culpabilité de la deuxième ou troisième génération.

Extrait : " Je crois qu'on n peut être en paix avec le passé, et le surmonter un jour, qu'à condition de l'aborder ouvertement. Celui qui croit devoir se cacher et cacher son identité, celui-là ne tarde pas à tomber malade.

C'est la raison pour laquelle jai été si bouleversée quand j'ai découvert tout ce que ma mère m'avait caché : le secret de famille qui avait assombri son enfance, son adolescence et toute sa vie - elle le perpétuait avec moi. Je l'ai appris trop tard."

"La violence et la brutalité laissent souvent des traces profondes chez les générations qui suivent. Ce qui les rends malades, ce ne sont pas tant les crimes eux-mêmes que le silence qui les a entourés. Cette néfaste conjuration du silence que l'on observe dans certaines familles de criminels et qui se prolonge souvent sur plusieurs générations.

Si la culpabilité n'est pas héréditaire, le sentiment de culpabilité, lui, l'est bel est bien. Sans s'en rendre compte, dit Bründl, les enfants d'un criminel transmettent à leurs propres enfants leur angoisse, leur honte, leur faute. Cela concerne beaucoup plus de familles allemandes qu'on ne le pense".

Posté par Gambadou à 05:19 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mars 2017

Dans la paix des saisons, de Signol Christian

Audio saisons

 

Après une opération à la suite d'une tumeur au poumon, Mathieu, la quarantaine, décide de quitter quelques jours sa femme et Paris pour retrouver ses grands parents dans le Quercy et s'y reposer.  
Ceux-ci, Paul et Louise, l'ont élevé pendant quelques années quand il était petit, jusqu'en août 1968, mais il n'est pas retourné les voir depuis.
Il va retrouver toutes les sensations de son enfance : la douceur de l'air du soir, l'odeur de l'herbe coupée, la fraîcheur de la rivière, le vif argent des poissons, l'humus de la forêt, le goût sucré et acide des mûres, la nature . Retrouver l'insouciance de l'enfance, loin de la douleur et de la maladie. Une halte salvatrice où les trésors de l'enfancen, la paix de la campagne et l'amour inconditionnel de ses grands-parents vont lui permettre de faire un point sur sa vie.
Un livre qui ne m'aurait pas du tout attiré en format "livre" mais qui est très agréable en audio. C'est un livre qui fait du bien, avec plein de sensibilité et de bon sens.
Une parenthèse apaisante.

Posté par Gambadou à 05:13 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,