le blog des fanas de livres

01 février 2023

Carnet de bord du 25 au 31 janvier 2023

cb nov1-page-001 (3)

Posté par Gambadou à 06:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Le rocher blanc de Anna Hope

le rocher blanc

Plus qu'un roman, je dirais que c'est le regroupement de 4 nouvelles qui ont pour point commun un lieu : un rocher blanc qui se situe sur une petite île au large de la côté ouest du Mexique. 

Les 4 nouvelles se basent le plus souvent sur des faits historiques :

- En 1775, nous allons suivre le départ en expedition de navires espagnols qui attendent, ancrés près du rocher blanc, que les vents leurs soient favorables pour partir cartographier le Nord.

- En 1907, les Yoemes, peuple indigène du Mexique, ont été kidnappés, déplacés en bateau et marche forcée et vendus comme esclaves dans les plantations du Yucatan. Deux jeunes soeurs Yoemes ont été enlevées et se retrouvent prisonnières sur un bateau, dont l'arrivée est prévue près du rocher blanc.

- En 1969, Jim Morrisson, star de rock de 25 ans, alcoolique et drogué, paumé, fuit son groupe et se retrouve dans un hôtel du Mexique, tout prêt de l'île où se trouve le rocher blanc.

- Enfin, en 2020, un couple d'anglais vient, en tout début de la pandémie, participer à une cérémonie chamanique Wixarikan en vue de faire une offrande au rocher blanc pour le remercier de la naissance de leur fille. Ce rocher blanc est en effet considéré comme un lieu sacré pour les Wixaricas, peuple autochtone, qui l'honore comme étant l'origine du monde. Cette histoire est librement inspiréee de la propre vie de l'autrice.

La construction n'est pas linéaire. On suit d'abord le début des 4 histoires, puis la fin de la quatrième, la troisième ...

J'ai été un peu désarçonnée au départ. La première histoire est celle qui se passe en 2020, et je n'arrivais pas à comprendre ce qu'il se passait, pourquoi des adultes de toutes nationalités se retrouvaient dans un mini-bus sous la chaleur et la poussière du Mexique.  Au début, je croyais qu'il s'agissait de migrants ! 

Moi qui aime les livres historiques, j'ai été plus intéressée par les trois autres histoires.

Ce rocher blanc a un côté surnaturel, une présence, un aura de mystère et de beauté qui le rend envoûtant, quelque soit l'époque. Il amène du coup une puissance dramatique qui s'accorde aux quatre histoires ou colonisation, génocide, dépravation et épidémie mondiale marquent les époques. Un témoin de la folie des hommes. 

L'écriture est fluide et poétique, très agréable. 

Par contre, j'ai toujours du mal avec les nouvelles, l'impression de rester sur ma faim, ce qui est encore plus le cas ici car nous n'avons pas la fin des histoires, à nous d'interpréter et d'imaginer.

J'aimerai donc lire 4 romans de Anna Hope, avec ces nouvelles comme début.

Extrait : "Là, debout, à attendre de monter à bord de cette embarcation, d’enfiler son gilet de sauvetage, d’être emmenée de l’autre côté de la langue d’eau jusqu’à l’île et au rocher blanc, elle ressent la même chose que le chanteur à la fin du morceau : ce hurlement existentiel".

Posté par Gambadou à 06:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

Jamais, de Bruno Duhamel

jamais

20221214_154314

Une bande dessinée dont j'avais noté le titre grâce au rendez-vous de la BD de la semaine.

Madeleine est une vieille dame aveugle de naissance qui vit seule dans une maison en bord de falaise normande. Son mari, pêcheur, à disparu en mer des années auparavant mais elle continue à lui acheter à manger et à lui parler, même si elle sait parfaitement qu'il n'est plus là.

Sa maison se situe sur la falaise, or la paroi est en train de s'éroder. Son jardin rétrécit au fur et à mesure des éboulements, et c'est maintenant sa maison qui est en péril et risque de basculer dans le vide à chaque tempête. Le maire essaye sans succès de lui faire quitter sa maison, mais Madeleine ne veut rien entendre et menace même de se défendre avec des anciennes grenades trouvées dans son jardin si on l'oblige à partir.

Une vieille dame beaucoup moins sénile qu'il n'y parait. Une vieille femme attachante dans son côté rebelle et anticonformiste. J'ai bien aimé aussi les personnages secondaires, que ce soit le maire débordé qui a peur pour son poste, ou le pompier bienveillant.

20221214_160550

Les illustrations sont simples avec des couleurs pastels qui donnent une douceur à l'histoire. Le découpage est varié avec un dessin qui respire.

Merci à tous ceux ou toutes celles qui m'ont donné envie de lire cette BD. Hâte de découvrir le deuxième volume.

Retrouvez toutes les BD de la semaine chez Moka.

 

 

Posté par Gambadou à 06:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 janvier 2023

Carnet de bord du18 au 24 janvier 2023

cb nov1-page-001 (2)

Posté par Gambadou à 06:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Les jours brûlants de Laurence Peyrin

les jours brulants

1976 aux Etats-Unis. Joanne a une vie très tranquille de petite bourgeoise américaine. Mari médecin, femme au foyer, deux enfants, du bénévolat ... Un matin, elle est agressée dans la rue par un junkie qui lui vole son sac et la fait tomber de son vélo. C'est la première fois qu'elle fait face à de la violence, et cela va provoquer  une rupture en elle et annihiler toute confiance, toute capacité à rendre les siens heureux. C'est la descente psychologique, elle se sent toxique pour sa famille. Tout ce qui était positif avant, sa famille, ses amis, devient négatif. Elle cherche à sortir de sa vie.  Elle qui était apprêtée, qui cuisinait, était joyeuse, se laisse aller, se met à boire et s'échappe d'elle-même par des actes aberrants. Jusqu'à ce que ...

Bon, clairement, ce genre de livre estampillé "Un roman subtil, viscéral, une magnifique histoire de femme" n'est pas pour moi. Je n'ai ressenti aucune empathie pour Joanne que j'ai trouvé frivole et capricieuse. Bien sûr une agression et la dépression peuvent vous changer complètement, mais là elle est entourée, choyée. On lui propose de l'aide. En fait c'est quelqu'un qui n'a jamais eu à faire face à l'adversité et qui se laisse complètement aller dès qu'elle a un problème. Pauvre petite ! Une magnifique histoire de femme, pour moi, c'est l'histoire de Simone Veil ou Malala Yousafzai, des femmes résilientes qui ont su persévérer malgré les difficultés, pas une péronnelle qui s'effondre au premier souci.

L'écriture est fluide et assez plate : "Elle se passa de rouge à lèvres, étalant un soupçon de vaseline à la place, enfila un pantalon corsaire et une tunique à fleurs et alla enfourcher son vélo, heureuse du soleil de juin qui lui dégringolait dans le dos", c'est d'un poncif ! De plus de nombreux anachronismes parsèment le livre, du coup on a du mal à se croire en 1976. 

Bref, une déception.

Posté par Gambadou à 06:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Liv Maria, de Julia Kerninon

liv-maria

Liv Maria est née sur une petite île française, d'un père norvégien et d'une mère ilienne. Sa vie est toute tracée, reprendre le café familial et pêcher avec ses oncles. Mais un incident de parcours va en décider autrement.

Elle va être obligée de quitter l'île. Elle se retrouve à Berlin, chez sa tante. Adolescente perdue et déracinée, elle se raccroche à un amour avec son enseignant marié. Première désillusion d'amour. La suite de sa vie sera une succession d'aventures, de bonheurs et de drames entre amours, chevaux, voyages et création d'un empire.

Le portrait d'une femme éprise de liberté, une personnalité attachante. Liv Maria est pleine de contradictions, fragile et affirmée, libre mais attachée à ses amours.

L'auteur nous décrit bien ses atermoiements, ses déchirements, mais un peu trop de rebondissements ont fini par me perdre.

L'écriture est fluide et agréable. J'ai passé un bon moment en compagnie de ce livre mais je ne garderais pas longtemps souvenir de ma lecture.

Posté par Gambadou à 06:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 janvier 2023

Carnet de bord du 11 au 17 janvier 2023

cb nov1-page-001 (1)

Posté par Gambadou à 04:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Beyrouth-sur-Seine, de Sabyl Ghoussoub

Beyrouth sur seine_

Je ne m'attache pas beaucoup aux prix littéraires, sauf à celui du prix Goncourt des lycéenq que je trouve toujours pertinent. Je me suis donc laissé tenter cette année encore, et pour la première fois depuis de nombreuses années, c'est une déception.

L'auteur interview ses parents, d'origine libanaise, sur leur venue en France en 1975, sur la guerre au Liban et l'impossibilité de rentrer, sur leur vie en France, leur difficile intégration et le fait que, près de cinquante ans après, ils se sentent toujours plus libanais que français.

En fait, par ces interviews, l'auteur tente de se réapproprier sa vie et se pose la question de son appartenance à une nationalité, française ou libanaise.

J'ai eu beaucoup de mal à lire ce livre parce que je n'ai ressenti aucune émotion. Le père ne délivre jamais ses sentiments, et la mère ne parle que de son regret de ne pas avoir vécu au Liban avec sa famille. L'auteur est d'ailleurs abasourdi que sa mère soit fière d'un de ses frères qui a était présent lors d'un massacre. 

En ce qui concerne la guerre du Liban, L'auteur nous donne des faits, souvent mélangés, sans chronologie. Ses oncles font partie de plusieurs milices : phalangistes, Hezbollah où pro-palestiniens et changent parfois de camps. Lui-même ne comprend pas, malgré toutes ses recherches, les tenants et aboutissants de la guerre au Liban, ce qui ne nous aide pas à appréhender cette lutte armée.

Un roman que j'ai trouvé brouillon et froid.

Extrait : "Mon père, lui, je ne comprends pas ce qu'il fait durant toutes ces années. Il reste vague. La vie de mes parents, c'est comme la guerre du Liban. Plus je m'y plonge, moins j'y comprends quelque chose. J'arrive à situer les protagonistes, quelques moments me restent, puis ensuite, je me perds. Trop de dates, d'évènements, de trous, de silences, de contradictions. Je me demande si cela m'intéresse vraiment d'y comprendre quelque chose. Finalement, à quoi bon ? Qu'est-ce que cela m'apporterait de tout savoir, tout comprendre, tout analyser ? Rien, je crois fondamentalement que je n'y gagnerais rien, à la limite, je perdrais mon temps."

Posté par Gambadou à 04:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Khat, journal d'un réfugié de Ximo Abadía

Khat-Journal-d-un-refugie

20221229_134844

Nous travaillons avec les quatrièmes sur le thème des migrants, et du coup, quand j'ai vu ce roman graphique traitant de ce sujet, j'ai demandé à le recevoir. Merci à l'éditeur pour l'envoi.

L'auteur a interviewé Nathan, un migrant d'origine érythréenne arrivé à Valence en 2018, sur un bateau de réfugiés sauvés de la noyade. Il nous dévoile son parcours, épouvantable, depuis la fuite de l'Erythrée vers l'Ethiopie avec son père, alors qu'il n'est encore qu'un enfant. La vie dans un bidonville, la difficulté de subsister, le racisme et puis la descente en enfer quand il se retrouve en prison. Maltraitance, violence sont son quotidien.

Le seul moyen de s'en sortir, c'est de fuir vers l'Europe, cet eldorado où il y aura du travail et des conditions de vie acceptables. Un long périple l'attend : Soudan, Tchad, Égypte, Libye... Des pays traversés dans la peur, la faim et la torture avec, malgré tout, quelques lueurs d'humanité.

20221230_091947

 

 

Ce n'est pas une bande dessinée "classique" avec des phylactères et des cases.

Les illustrations sont réalisées à la craie grasse avec une unité de tons dans les orangés.

Et si l'on peut penser, au premier abord, que les dessins sont enfantins, ils sont en fait extrêmement bien maîtrisés, montrant plusieurs points de vue sur une seule page, nous laissant découvrir le quotidien avec une grande force évocatrice. Parfois, l'horreur est si totale que des pages noires coupent le récit.

 

Un témoignage qui prend aux tripes

Retrouvez toutes les BD de la semaine chez Noukette.

 

khat-pages-14-15

Posté par Gambadou à 04:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 janvier 2023

Carnet de bord du 04 au 10 janvier 2023

cb-nov1 (1)

Posté par Gambadou à 06:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]