hammerstein parution 12/2010

C'est un livre dont j'avais lu des très bonnes critiques dans un magasine littéraire, et que j'avais offert à mon père.

Un livre intelligent qui se lit comme un roman et qui m'a appris beaucoup de choses sur l'histoire allemande.

Le général Kurt von Hammerstein-Equord était en 1933, à l'arrivée de Hitler en tant que chancelier, chef de la direction de l'armée de terre, poste le plus élevé au sein de l'armée allemande. C'etait un homme issue de la noblesse peu fortunée, mariée et père de 7 enfants : 4 filles et 3 garçons nés entre 1908 et 1923.

A cinquante-cinq ans, il montre une certaine indépendance matinée d'une grande intelligence, que certains trouveront être de la paresse. Il méprise l'hystérie nazie et sera mis à la retraite dès 1934.

A travers sa vie et celles de ses enfants, qui se tourneront vers le communisme ou la résistance, on va suivre  l'impossible réussite de la république de Weimar entraînant l'Allemagne vers la complicité avec l'Union Soviétique, l'ascension de l'idéologie nazie, la résistance des communistes mais aussi les intrigues des services secrets et la dictature militaire Russe.

Tout un ensemble de vies et de destins qui permettent de comprendre cette période de l'histoire.

C'est une lecture qui demande une certaine concentration, mais en même temps l'écriture est fluide, l'histoire prenante. 

Les chapitres plus "politique" sont entrecoupés d'anecdotes, de souvenirs des protagonistes, de documents officiels. Il y a aussi des conversations posthumes, un procédé qui permet une confrontation avec nos connaissances actuelles. Enfin, quelques chapitres présentent, sous forme de gloses, les jugements subjectifs de l'auteur.

Ce n'est donc ni un roman, ni un documentaire, mais un entre-deux passionnant.