tous-les-hommes-de-ce-village-sont-des-menteurs parution 01/2013 - 404 p. - traduit de l'américain 

Ce livre m'a été proposé par l'éditeur (Editions Rue Fromentin). 

Megan K.Stack est reporter de guerre. Elle avait tout juste 25 ans quand elle a été envoyée en 2001, un peu par hasard, en Afghanistan. Cette expérience va la marquer profondément. Elle va ensuite sillonner le Moyen-Orient : Egypte, Yemen, Koweit, Irak, Liban, Israël, Palestine.

Dans ce livre témoignage, elle revient sur son expérience, sur ses découvertes, sur les souffrances et la détresse des habitants qui sont souvent très loin des raisons du conflit. Malgré le choc de la guerre, elle découvre une merveilleuse culture et des paysages époustouflants. 

Quand elle revient aux Etats-Unis, elle se sent apatride. L'Amérique post attentat du 11 septembre rejette en bloc tout le Moyen-Orient, faisant un amalgame entre les Islamistes et la population locale. Elle a envie de prendre leurs défenses et réfute les positions politiques de son pays.

C'est un récit où l'on ressent beaucoup de sensibilité et d'humanité. L'auteur raconte aussi la difficulté du métier, les risques encourus par les journalistes, les relations qui se nouent avec les interprètes...

Une belle chronique du début du XXIème siècle avec un point de vue original. C'est un livre qu'il faut prendre le temps de lire.

L'auteur travaille désormais comme correspondante en Chine.