les poissons parution 04/2013 - 128 p. - traduit de l'italiencoup de coeur

Un petit bijoux ce livre !

L'auteur à 10 ans. Il passe ses vacances d'été sur une île au large de Naples. C'est un enfant calme qui aime lire, faire des mots-croisés. Un enfant émotif qui se sent plus à l'aise avec les adultes qu'avec les enfants de son âge. Parfois il passe la nuit avec un pêcheur dans une barque. Il y gagne des cals aux mains et l'impression de grandir.

Il se sent adulte dans sa tête et enfant dans son corps, pose un regard très mûr sur les hommes, la violence, la jalousie.

Cet été sera celui de sa "mue",  grâce au passage à tabac de trois voyous ce qui, espère-t-il, permettra à son corps de sortir de son cocon, et grâce à la rencontre d'une fillette de son âge qui lui ressemble. Une fillette qui sait aussi décrypter le adultes et à un sens très primaire de la justice.

On sent l'odeur de la méditerranée dans chaque phrase, le basilic, le sel de la mer, l'accent chantant ... Il faut prendre le temps de se plonger dans l'ambiance de cette enfance.

C'est un roman d'initiation, de découverte, un roman sur la fin de l'enfance. Un beau roman.

Clara l'a trouvé beau et réfléchi, un texte lumineux et solaire pour Jérôme.

Extrait : "A travers l'écriture, je m'approche du moi-même d'il y a cinquante ans, pour un jubilé personnel. L'âge de dix ans ne m'a pas porté à écrire, jusqu'à aujourd'hui. Il n'a pas la foule intérieure de l'enfance ni la découverte physique du corps adolescent. A dix ans, on est dans une enveloppe contenant toutes les formes futures. On regarde à l'extérieur en adultes présumés, mais à l'étroit dans une taille de souliers trop petite. La définition d'enfant subsiste, à cause de la voix et des jouets délaissés, mais encore conservés.

Je continuais à lire des illustrés, mais plus de livres qui remplissaient mon crâne et élargissaient mon front. Les lire, c'était pour moi prendre le large en bateau, mon nez étant la proue, et les lignes les vagues. J'allais lentement, à la rame, passant sur un mot que je ne comprenais pas, sans fouiller dans le dictionnaire. Il restait approximatif, dans l'attente d'être compris. Je devais y arriver tout seul, en trouver le sens à travers d'autres occasions, à force de le rencontrer.

Cinquante ans plus tard, je m'approche de cet âge d'archive de mes formats successifs. "