pain amer parution poche 03/2012

Ce roman évoque le destin d'une famille de Russes qui, ayant fuit la Russie lors de l'arrivée des bolchéviques en 1920 et s'étant installée en France, a accepté de retourner en URSS en 1946.

C'est Marina qui écrit. Elle est née en France, tout comme ses six frères et soeurs et vit avec sa famille dans le sud de la France, à Vence. Ses parents sont d'origines russes. Ils ont été obligé d'emigrer à la chute du Tsar en 1920. Le père est jardinier, la mère femme au foyer. Marina, elle, se sent française et a fêté la libération en chantant la Marseillaise avec entrain. Elle a 19 ans, a réussi à convaincre son père de poursuivre ses études à l'université pour devenir professeur d'anglais, et est fiancée à Marc, un futur médecin. La vie lui sourit même si les conditions de vie sont parfois difficiles.

Quand ses parents lui annoncent qu'ils ont décidé d'adhérer au programme de retour en Russie, où on leur promet un bon logement, un métier intéressant, des études gratuites pour les enfants mais surtout une vie sans "classe sociale", elle pense qu'elle ne fera pas partie du voyage. Mais à 19 ans elle est mineure et doit donc suivre ses parents. Malgré les mises en garde de ses amies et de son fiancé, elle décide de partir aider ses parents à s'installer, persuadée qu'elle pourra revenir ensuite.

Trajet en train à bestiaux, arrivée dans un minuscule logement sans chauffage, rien à manger dans les magasins ... La réalité est rude. Mais le plus dur sera de se rendre compte qu'il est impossible de sortir de ce pays.

Une vie bâtie sur les ruines de la précédente, une existence de douleur imposée, l'arrachement à une enfance française, le renoncement à un avenir prometteur, le vécu tragique de l'exil dans un pays hostile ... Marina nous raconte tout cela, avec rage et espoir.

Un beau roman historique très intéressant et bien écrit, qui m'a donné envie de lire un des témoignages de rapatriés dont la liste figure en fin du livre.

Pourquoi ce livre est très actuel ? Parce que le premier chapitre se passe en 1991. Marina habite en Ukraine qui vient de déclarer son indépendance, lui permettant peut-être de revenir en Europe. Alors la récente annexion de la péninsule de Crimée par Poutine prend une couleur très "pain amer" !

Extrait : "J'ai ressenti en même temps une vague de colère contre mes parents. Ils restaient là, les bras ballants, Maman assise sur sa chaise à sangloter, sans voir cinq petits autour d'eux, en larmes, ne sachant plus s'ils pleuraient de faim, de froid, d'anxiété devant l'insécurité, d'épuisement, et plus certainement de tout cela en même temps. Je regardais la scène, révoltée. Mes parents, des adultes responsables qui nous avaient amenés dans ce pays maudit tout en nous incitant à croire au Père Noël, se retrouvaient dépassés par les circonstances, incapables de faire face. "