malala parution 03/2014 - 203 p - traduit de l'italien

Malala. Ce prénom vous dit sans doute quelque chose. Cette jeune fille du Pakistan s'est élevée contre les talibans pour que les filles aient le droit d'aller à l'école. Le 9 octobre 2012, elle a échappé de justesse à un attentat : un homme lui a tiré des balles à bout portant alors qu'elle était dans le mini-bus de son collège. Opérée en Angleterre, elle poursuit aujourd'hui ses études et son combat depuis Birmingham où elle vit avec sa famille.

Le livre commence avec un chapitre relatant cette journée du 9 octobre qui a changé la vie de la jeune fille de 15 ans. Puis on repart en arrière, trois ans auparavant. On va suivre la montée des talibans dans ce petit village du nord du Pakistan, la guerre, la musique bannie, les interdictions pour les femmes de se rendrent au marché et pour les filles d'aller à l'école, l'obligation de porter une burqa ...

Le père de Malala, Ziauddin, est directeur d'une école pour filles. C'est lui qui va entraîner sa fille aînée dans la révolte, en acceptant qu'elle soit filmée par des journalistes pour témoigner de ce qui se passe dans la vallée. Il va aussi accepter que, sous un nom d'emprunt, elle tienne un journal.

Et puis la guerre arrive qui oblige la famille à quitter leur village de Mingora pour se réfugier chez une tante plus au Sud. Après trois mois, ils sont de retour, et Malala va devenir connue. Elle va quitter son pseudonyme et se révéler, passer dans les talk-shows politiques, les émissions-débat. Elle raconte les années sombres et l'espoir de l'avenir. Et quand l'étau se ressère, quand les menaces arrivent, elle décide de rester, de ne pas partir faire des études à l'étranger, persuadée que, si un homme vient la tuer, elle saura lui parler pour qu'il se sente fautif.

Les derniers chapitres se passent en Angleterre. Le retour à la vie de la jeune fille, les opérations pour retrouver un sourire et l'ouïe, les études qui reprennent, les contacts avec ses amies restées au Pakistan.

Ce livre jeunesse est un roman, puisque les conversations et les pensées de Malala et de sa famille sont inventées. Mais c'est aussi un documentaire puisque l'auteure (journaliste) s'est servie essentiellement du journal écrit par Malala pour la BBC et d'interviews qu'elle et son père avaient donné avant l'attentat. Elle s'est aussi beaucoup renseigné sur la situation de la vallée de Swat où vivait Malala, sur les évènements qui ont eu lieu, les usages de la région ...

C'est un livre intelligent et intéressant pour que les jeunes connaissent l'histoire de cette jeune femme qui a été citée pour le prix nobel de la paix en 2013. On découvre une jeune fille "normale" qui se bat avec ses moyens pour tout simplement vivre et étudier. On ressent beaucoup la "pression" du père, très politisé contre les talibans, qui va mettre sa fille en avant pour faire passer ses idées.

A découvrir, surtout en cette période de rapt de jeunes filles au Nigéria.

Extrait : " "Il y a tellement de filles extraordinaires dans le monde, pourquoi justement moi ?" se demande Malala. Elle n'a pas l'impression d'être exceptionnelle, c'est la situation dans laquelle elle se trouvait qui l'était : il n'est pas facile d'élever la voix quand on risque sa vie. Si elle était restée assise dans sa petite chambre, qui aurait sauvé son école ? "Dieu m'a fait cet honneur et je l'accepte" pense-t-elle."