sweet sixteen parution 04/14 - 214 p. coup de coeur

Rentrée 1957 aux Etats-Unis: une loi promulguant la fin de la ségrégation dans les lycées vient d'être votée. Neuf adolescents noirs se portent volontaires pour tenter l'expérience. Le plus prestigieux lycée de l'Arkansas leur ouvre pour la première fois ses portes. Ils sont neuf à tenter l'aventure. Ils sont deux milles cinq cents, prêts à tout pour les empêcher.

On va suivre tour à tour Molly, jeune noire intégrant le lycée, et Grace, jeune fille blanche de bonne famille.

Molly est une jeune noire de 15 ans qui s'est porté volontaire sans vraiment se rendre compte de l'impact que cela pouvait avoir sur elle, sur sa famille mais aussi sur la communauté noire. Dès les premières journées, la violence des ségrégationnistes et du Klu Klux Klan est impressionnante. L'armée est appelée pour les protéger mais même si chaque étudiant noir à un garde du corps qui reste avec lui toute la journée, cela n'empêche pas les brimades, injures, crachats et menaces. Molly va vivre une année de tension et de brutalité extrême, mais elle doit tenir pour que la ségrégation prenne fin.

Grace est une jeune fille insouciante, qui ne s'est jamais posé la question de la ségrégation. Elle a été élevée par une nounou noire qu'elle aime beaucoup mais elle ne lui a jamais posé de questions sur sa vie. Ce qui l'interesse c'est sa coiffure, ses habits et trouver un garçon pour le bal de fin d'année. Elle est dans la même classe que Molly. Contrairement à ses amies, elle ne prend pas une part active dans les manifestations contre les noirs et refuse de faire partie de la "ligue des femmes blanches". Petit à petit, elle va ressentir la douleur de Molly et une certaine empathie va naître.

C'est un très bon roman basé sur des faits réels. L'auteur sait très bien nous retranscrire la violence de cette année, l'atmosphère tendue, la peur d'un débordement. La confrontation de deux vies si différentes montre bien le fossé qui existe entre les noirs et les blancs à cette époque. 

L'écriture est simple, direct, sans fioriture. Plus d'une fois j'ai senti mon estomac se contracter devant l'atmosphère oppressante de ce lycée.

Un livre à faire lire à tous les ados et les adultes - à partir de 13 ans.

Coup de coeur aussi pour Manika.

Extrait : "L'intégration était suspendue? Peut être que cela valait mieux, après tout. Sa vie redeviendrait comme avant. Injuste, mais normale et rassurante. Avec des écoles minables, mais sans menaces de mort au téléphone.

Blottie dans l'odeur de sa grand-mère, elle sentit pourtant que la déception prenait le dessus. Quand, à son tour, elle serait grand-mère, elle n'avait pas envie de se retrouver à devoir expliquer à ses petits-enfants pourquoi ils ne pouvaient pas aller au parc d'attraction avec les blancs."

arkansas_1957