l-inconstance-de-l-espece-judith-schalansky parution 03/2013 - 229 p.

Un livre que j'avais noté sur vos blogs (curieux et brillant pour Keisha, un pur régal pour Cathulu ...) . Un livre étonnant qui n'entre dans aucune case ! 

Inge Lohmark est depuis plus de trente ans, enseignante de SVT et d'éducation physique dans une petite ville de l'ex-Allemagne de l'Est qui se vide de ses occupants.

Elle a une façon très particulière de vivre sa vie et de s'occuper de ses élèves en analysant chaque situation à travers le prisme de la science.

Ainsi, que ce soit son mari qui élève des autruches pour essayer de sortir de la crise, sa fille qui a émigré aux Etats-Unis et qu'elle n'a pas vu depuis des années, ou ses élèves qui sont des grands adolescents, elle les analyse tous sous le prisme de la théorie de l'évolution et de la génétique.

J'ai beaucoup souri au départ de sa vision de ces adolescents boutonneux "Ils croissaient. Jour après jour. Par poussés et pendant l'été, si bien qu'ils devenaient passablement difficile à reconnaître. Des fillettes dociles se muaient en teignes hystériques tandis que des garçons plutôt éveillés devenaient des pignoufs flegmatiques. Là dessus venaient les mises à l'épreuve un peu godiches du choix du partenaires. Non, la nature n'était pas farfelue. Mais probe. C'était comme pour un état maladif. Il n'y avait qu'à attendre que cela passe."

Elle est très dure avec elle-même et avec les autres, puisque, si l'on suit la nature, seules les espèces les plus résistantes survivent. Elle ne ressent aucune compassion pour ses élèves et les analyse avec un regard assez froid.

Alors qu'elle fustige les personnes qui n'évoluent pas, elle-même est coincée dans cette ville sans possibilité d'évolution et sans souhait d'adaptation. La fin du communisme et de son utopie a balayé ses repères familiaux.

Beaucoup d'ironie et de sarcasme dans ce roman finalement assez noir. J'ai souri, j'ai même ri, mais il reste quand même assez déprimant ! un roman original et décapant.