le groupe

J'avais noté ce titre il y a quelques temps parce que l'auteur parle d'un atelier écriture qu'il a animé dans son lycée, or j'anime moi-même des ateliers au collège.

Entre roman et témoignage, Jean-Philippe Blondel nous livre son expérience d'animateur d'un atelier écriture avec une dizaine d'élèves volontaires de terminale. 

Cet atelier sert bien sûr à écrire. Mais au delà, c'est souvent le révélateur de son moi profond, de sa sensibilité, ses frayeurs, ses idéaux. Il faut se lâcher, laisser l'imaginaire prendre le dessus, ne pas trop réfléchir, accepter l'idée qui se présente. 

J'ai retrouvé dans ce court récit toute cette approche. On va y suivre l'évolution des deux animateurs et de quelques élèves à travers leurs écrits et leurs pensées. Les stéréotypes du début vont rapidement tomber et faire place à des personnages plus nuancés, avec leurs failles et leurs espoirs.

Une mise à nu très bien décrite où j'ai aimé me plonger. Beaucoup d'émotion. Une belle lecture un brin trop courte (125 p.)

Extrait : "Après un soupir, j'avais fini par expliquer que ce en quoi je croyais le plus profondément, c'était que plus on écrivait, plus on écrivait. "Plus on écrit, mieux on écrit tu veux dire ? - Pas nécessairement. Mais plus on écrit, moins on a peur de cette façon de s'exprimer, plus on l'amadoue, plus on l'amène dans son propre monde et plus on s'ouvre aux autres. ""