maintenant-qu-il-fait-tout-le-temps-nuit-sur-toi-de-mathias-malzieu

PAL

Malheureusement ma PAL descend plus lentement qu'elle ne grossi, mais là ça a été une très bonne pioche.

J'aime beaucoup l'écriture poétique et l'univers onirique de Mathias Malzieu, et avec ce livre (qui est son premier roman), je n'ai pas été déçue. 

L'histoire de départ est assez triste puisque l'auteur nous parle du décès de sa mère alors qu'il a tout juste trente ans. Avec son père et sa soeur, les voilà réunis pour son dernier souffle, la préparation de la célébration et surtout le deuil de l'après.

Pour l'aider dans ce deuil, il va croiser Old Giant Jack, docteur en ombrologie qui soigne les gens atteints de deuil. Celui-ci va lui donner une cape faite à partir de son ombre pour le protéger, quelques livres et son amitié. C'est grâce à cette rencontre que l'auteur va réussir à surmonter sa douleur.

Il y a une poésie des mots, un rythme des phrases, une écriture fantasmagorique et merveilleuse qui m'a emportée. Loin de la tristesse du deuil, on est plongé dans le coeur brisé de l'auteur et même si on ressent toute son émotion et sa mélancolie ce n'est pas triste parce qu'à travers ses rêves et sa détresse il y a malgré tout son envie de vivre.

Un univers proche de celui de Tim Burton, une très belle lecture pour l'objectif PAL de septembre.

Extraits : 

"On a ramassé les cœurs, on s'est tenus les uns aux autres avec la mécanique des bras, et on a quitté la chambre."

"C'est effroyable le bruit d'un cœur qui se casse. Comme un œuf prêt à éclore écrasé par un bulldozer en porcelaine."

"Je prends mon assmonifère et j'ouvre le premier livre que m'a donné le géant. Il ressemble à un vieux grimoire, mais format poche. La couverture est aussi épaisse et rugueuse que l'écorce d'un arbre. Je le manipule comme j'aime le faire avec mes livres fétiches. Passer le plat de la main dessus, l'ouvrir, le fermer, le feuilleter en accéléré à l'aide du pouce, m'arrêter au hasard sur une page, lire un passage, goûter les mots comme on trempe le doigt dans une sauce, et renifler l'odeur du papier tout neuf, ou tout vieux, de la colle aussi, entre les pages."