Au péril de la mer

Un livre plein de sensibilité sur le Mont Saint Michel, les livres, l'écriture, l'art.

On alterne les passages de nos jours, avec l'auteur qui nous parle de sa passion pour le Mont Saint Michel, et les passages au quinzième siècles, là où des moines vivaient à l'abbaye et là où Eloi, un peintre à la dérive, est venu se réfugier.

Dans les passages actuels, l'auteure québécoise et traductrice, revient sur son coup de coeur pour ce rocher et son abbaye, mais analyse aussi de manière très intéressante et fluide la consonance ou l'ethymologie des mots. Elle revient aussi sur sa maternité, son envie d'écrire et son manque de temps. On sent à chaque phrase son admiration et sa fascination pour ce monument et son surnom de "Cité des livres".

Eloi, au quinzième siècle, est venu vivre à l'abbaye du Mont après une peine de coeur. C'est son cousin, Robert, responsable de l'abbaye, qui est venu le chercher. Il y raconte son quotidien, la rencontre avec des moines bienveillants, son travail de copiste -  lui qui ne sait pas lire, les connaissances d'herboriste d'un moine, le cheminement des pèlerins de tous âges ... Il revient aussi sur les achats de manuscrits fait par son cousin, dont une théorie invoquant le fait que la Terre n'est pas au centre de l'univers. Il y est question aussi de l'arrivée de l'imprimerie. La bibliothèque de manuscrits du Mont est reconnue. On y trouve des incunables que les moines copistes essayent de sauver mais elle a subi des catastrophes naturelles et risque de perdre ses précieux manuscrits par choix politique et ecclésiastique. On sent que les moines sont à la croisée des chemins.

On retrouve un parallèle entre l'auteure qui traduit son amour en mot, et le peintre qui le traduit en coup de pinceau ou par la plume des copiste.

Le Mont Saint Michel, un refuge pour Eloi et l'auteure qui y trouveront l'envie de reprendre l'art d'écrire ou de peindre.

Entre roman et carnet d'écriture, une belle découverte. Un livre plein de sagesse et de sensibilité, pour les amoureux des livres.

 

Extrait : "Longtemps j'ai cherché à comprendre pourquoi le Mont Saint-Michel m'avait fait si forte impression. Bien sûr, il est majestueux, souverain, grandiose ; mais pourquoi sa découverte était-elle liée dans mon esprit au besoin ou, plus exactement, à la possibilité d'écrire ?

 Je pourrais passer des années à explorer les quelques ruelles du Mont Saint-Michel que je ne commencerais pas à saisir le mystère de la première pierre. Peut-être la solution réside-t-elle là : trouver cette première pierre, la fracasser pour pouvoir regarder dedans, jusqu'au début des âges. En attendant, des hommes il y a mille ans ont construit de la dentelles dans du granit pour grimper jusqu'à Dieu. D'autres sont venus au pied de l'église bâtir leur village, élever leurs enfants, enterrer leurs morts."