mais ne sombre pas

J'ai hésité avant de lire ce livre qui a pour histoire centrale les attentats de Paris. Peur du voyeurisme, de la douleur, mais mes amies m'ont affirmé qu'il était positif ... alors.

Aristide Barraud et sa soeur étaient avec des amis devant le Petit Cambodge le 13 novembre 2015 au moment des attentats. Aristide  protège sa soeur et reçoit trois balles, une dans le poumon, une dans la cuisse et la dernière qui lui explose la cheville. Sa soeur, quand à elle, a reçu une balle dans le bras.

Aristide revient sur les jours, les mois et l'année qui ont suivi. La douleur, l'envie de retrouver le niveau de rugby qui était le sien en pro, les amis et la famille qui entourent et soutiennent, les premières sorties, les multiples opérations ...

Ce sont plein de pensées qui se succèdent sans lien chronologique précis, mais avec le fil rouge de la famille et de l'amitié. J'ai été étonné que le rugby soit décrit de manière assez négative, comme étant un sport très dangereux, alors que l'auteur était professionnel et que c'est l'envie de reprendre le sport qui lui a sorti la tête de l'eau. Il s'en est sorti aussi grâce à ses proches, ses amis, son absence de haine, l'écriture, la musique, l'Italie ..

Dans un de ses Tweet, l'auteur dit ""Mais ne sombre pas" n'est ni un témoignage des attentats, ni une autobiographie, ce sont mes chroniques". C'est peut être ce qui m'a gêné dans ma lecture, le fait qu'il n'y ait pas de liens parfois entre les différentes parties, comme si il nous livrait ses impressions au fur et à mesure.

Ça reste un livre plein d'espoir et d'humanité, mais trop "je fais ma psychothérapie" pour moi.

Extrait : "En vrai, on est tous en galère, on fait de notre mieux. On vit tous nos drames, y a pas de comparaison à faire dans le ressenti du malheur. Certains naissent avec leurs casseroles, d'autres les accrochent en route, on doit faire avec. Les traumatismes nous mettent à nu. Une fois, après la mort d'un proche que j'aimais profondément, je souffrais tellement que j'ai même souhaité ne jamais l'avoir connu.

Je veux rester ce mec aussi positif qu'une phrase sur les sachets de Yogo Tea. La vie trouve toujours un moyen de passer, comme l'eau dans une fissure de roche. C'est difficile d'être toujours parfait, on a le droit à l'erreur. Ne soyons pas esclaves de ce monde qui n'accepte pas la faiblesse. Ça nous évitera de sauter des toits, ça nous évitera de choisir la chute.

Si je peux, avec ces textes, rien qu'une seule fois aider une seule personne pour quoi que ce soit, je serais heureux. N'hésite pas à montrer tes cassures, mon pote."