Ces-jours-qui-disparaient

Waouh, une BD qui donne une claque !

Lubin est un jeune homme un peu bordélique qui essaye de percer en tant qu'acrobate. Il fait partie d'une troupe avec trois autres artistes et ami(e)s. Pour gagner sa vie, il est caissier dans un supermarché.

Au lendemain d'une chute lors d'une représentation, il s'aperçoit qu'il a "sauté" une journée. Il pense avoir dormi. Mais le phénomène se reproduit un jour sur deux. Et il se rend compte que, contrairement à ce qu'il croyait, pendant cette journée "off" il ne dort pas mais il devient un autre. Un Lubin qui n'a pas de souvenir et qui est son opposé : ordonné, organisé et souhaitant travailler en tant que web designer.

ces-jours-qui-disparaissent-pages

A l'aide de capsule vidéo il va communiquer avec son "autre". Ils vont apprendre à se connaître et essayer de cohabiter, mais leurs caractères sont si différents qu'ils ont du mal à s'entendre.

Sous la contrainte de son amie qui n'arrive pas à gérer la situation, il va prendre rendez-vous chez un psychiatre pour gérer ce trouble de personnalités multiples. Abandonnant rapidement, il va vivre un jour sur deux. Mais tout devient plus compliqué quand son "autre" prend petit à petit le dessus. Les fréquences de retour à la vie du premier Lubin se font de plus en plus éloignées, de quoi rendre le lecteur captif et stressé.

Plusieurs lectures peuvent être faites de cette BD : récit fantastique ou réalité psychologique ? J'ai lu le livre avec l'approche psychiatrique sur le trouble dissociatif de l'identité (TDI - trouble mental sérieux, qui affecte certaines fonctions du cerveau comme notamment la mémoire, l’identité ou même la perception de l’environnement - source observatoire-santé.fr)

On navigue entre espoir et souffrance, aliénation et raison. Les personnages secondaires sont touchants de par leur attachement à Lubin et leur tiraillement entre leur envie de l'aider et leur propre vie à construire. Le scénario est original et le suspens présent en continu avec une atmosphère qui s'assombrit au fil des pages.

Les traits épurés sont réalistes et s'adaptent bien à l'histoire.

Une réussite.

Avis de fille n°3 : J'ai trouvé le sujet de cette BD super intéressant. J'ai découvert le TDI grâce à cette BD et je me me suis renseignée. J'ai eu du mal au début avec les dessins que je trouvaient trop simples mais je m'y suis habituée facilement. J'ai eu aussi un problème avec la couverture qui reflète plus un aspect fantastique et d'aventure que ce que j'y ai découvert. Une très belle BD qui reste en mémoire.

Retrouvez toutes les BD de la semaine chez Moka