Bel abime

Ce petit livre a gagné le prix 2022 de l'Algue d'Or qui met en avant des romans francophones.

Un adolescent tunisien d'une quinzaine d'années est en attente de jugement en prison. Il va rencontrer tour à tour son avocat puis un psychiatre, et va leur dévoiler les raisons de son enfermement.

Enfant mal aimé dans sa famille, maltraité à l'école, lui qui aime tellement les livres, à l'avenir bouché par un contexte politique et économique déplorable, sa colère grandit avec lui jusqu'à ce qu'il rencontre Bella. Elle est vulnérable, il est là pour la protéger. Entre eux va naître un amour inconditionnel. C'est elle qui lui donnera le courage de se dépasser, jusqu'à ce que ...

L'auteur nous offre un court texte fort et bouleversant. Dans un style direct et dépouillé , il revient sur l'après Printemps Arabe qui a finalement changé peu de choses à la violence ambiante et au patriarcat.

Un monologue plein de rage et d'amertume qui fait mouche.

A découvrir

Extraits : "Comment m’est venue cette passion pour les livres ? On en avait à la maison, alors j’ai fini par mettre le nez dedans. Ne pensez pas que c’est mon père qui m’y incitait, de ce point de vue-là, il ne s’est jamais intéressé à moi, il ne m’a jamais rien appris. Ne pensez pas non plus qu’il a lu l’intégralité de sa bibliothèque ! S’il y avait des livres à gogo et de tout horizon, c’était pour impressionner la galerie, pour s’acheter auprès de ses collègues docteurs une réputation d’intellectuel. Oh, vous avez dans votre bibliothèque des écrivains russes ? Oh, vous avez dans votre bibliothèque des poètes sud-américains ? Oh, vous avez dans votre bibliothèque des philosophes allemands ? Mais en vérité, mon père ne lisait pas les livres qu’il achetait à bon prix ou qu’il récupérait grâce à son statut d’universitaire. Il lisait les torchons de la presse, comme le reste de la populace, et pensait qu’il pouvait avec ça se faire une opinion sur l’état profond du monde, et l’ouvrir à tout va sur tout et sur rien."

"Mon avenir était déjà condamné bien avant tout ça. Pourquoi ? Parce que je suis né ici, dans ce pays, parmi ces gens, parmi vous. Comment expliquer alors que trente jeunes du quartier se sont jetés dans la mer s’ils avaient un avenir ici ?"

"Mes potes du quartier et moi, nous n'étions pas les seuls à nous prendre cette déferlante de violence. J'ai l'impression que c'est une folie contagieuse. Celui qui l'attrape, il la refile promptement aux échelons inférieurs de la hiérarchie sociale. C'est une avalanche qui naît dans les sommets, qui déboule, qui s'abat sans retenue, et la vague finit tôt ou tard par vous atteindre. Personne ne s'interpose, ne fait barrage, n'est digue. Et plus vous êtes en bas, plus la vague est grosse, plus vous morflez. Au plus bas de l'échelle, il y a nous, les enfants du peuple. Et même les enfants n'étaient pas le terminus de la cruauté. Ils réussissaient à trouver plus faible qu'eux pour déverser ce qui les dévastait. Enfants plus petits, animaux, insectes."