l'administrateur provisoire

J'avais beaucoup aimé "la maladroite" du même auteur, que j'avais acheté au festival de Binic l'année dernière. Cette année, Alexandre Seurat était à nouveau présent avec son nouveau livre, que je me suis empressée d'acheter.

Sujet complètement différent cette fois-ci puisqu'on part sur la spoliation des biens des juifs pendant la seconde guerre mondiale.

 

Peu après la mort de son frère, un jeune homme apprend que son arrière grand-père a travaillé pendant la seconde guerre mondiale au commissariat général aux questions juives en tant qu'administrateur général. Il va se lancer dans une enquête afin d'en savoir plus sur ce passé douloureux.

J'ai été déstabilisée par la structure du livre : on est dans le présent, dans l'enquête, puis on part dans des rêves et des cauchermars, puis en arrière, sans que rien ne le laisse présager.  

J'ai été aussi perdue dans les différentes histoires : celle de l'arrière grand-père et de son implication dans le commissariat général aux questions juives, mais aussi celle du frère qui est mort et dont la vie saccadée reste énigmatique, celle de la mère qui est attirée par la religion juive, le tout entrecoupé de rêves et d'hallucinations mettant en scène le frère dans son enfance et son adolescence. 

Du coup j'ai été frustrée de ne pas en apprendre plus sur cet administrateur, et je n'ai toujours pas bien compris la destinée du frère qui hante le livre.

Même si l'écriture est fluide, sobre et bien documentée, je n'ai pas réussi à entrer réellement dans ce livre. Pourtant il est important de parler de ces bourreaux français anonymes qui n'ont jamais été jugés.

Edition du Rouergue - 181 p. - parution 08/2016