adam et thomas Parution 03/2014 - 150 p - traduit de l'hébreu

Un livre jeunesse qui peut être lu à tous les âges, avec des magnifiques illustrations de Philippe Dumas.

adam int

En Pologne (?) pendant la guerre 39-45. Adam et Thomas se retrouvent tous les deux dans la forêt, après que leurs mères ai réussi à les sortir du ghetto par peur des rafles. Les deux mères leurs ont dit qu'elles reviendraient les chercher le soir, mais personnes ne revient. Les deux enfants de 9 ans vont essayer de vivre dans la forêt, conscients qu'ils doivent se cacher.

Adam est débrouillard et connaît la forêt. C'est un enfant élevé dans la religion juive mais peu pratiquant. Thomas est plus réfléchi et intellectuel. Juif lui aussi, ses parents ne pratiquent pas du tout et sont très éloignés de la religion.

On va suivre les deux enfants dans leur combat pour trouver de la nourriture, se protéger du froid et de la pluie, mais on va aussi les écouter discuter de notions comme le courage, la croyance, la guerre, l'entraide, la persécution des juifs ...

adam int2

C'est un livre qui peut être lu à tous les âges avec plusieurs niveaux de lectures possibles (un peu comme "Le Petit Prince). Le côté "robinsonnade" de deux enfants dans les bois atténue la dureté de l'environnement. La guerre et les rafles sont abordées de loin à travers des rencontres de fuyards, le bruit des combats ... Les illustrations sont douces, tout en finesse. 

Un très beau livre qui peut être lu dès 12 ans et jusqu'à 107 ans (ou plus !)

 Extrait : "Jusqu'à il y a peu, on arrivait à se nourrir avec les fruits de la forêt mais il y en a de moins en moins. Pour notre plus grande chance, nous avons retrouvé une fille de notre classe, Mina, qui se cache chez un paysan. Elle nous apporte de temps en temps du pain ou une tourte de maïs et un morceau de fromage, elle nous sauve ainsi de la famine.

Adam répète que c'est Dieu qui nous a envoyé Mina. Moi, j'ai du mal à prononcer cette phrase. Adam vient d'une famille traditionaliste. Sa confiance en Dieu est chevillée à son corps. Je n'oublie pas que Papa répète : "Les hommes. Seule leur bonté nous intéresse. Nous n'avons rien à faire des suppositions."

A vrai dire, Adam et moi nous ne nous disputons pas. Nous sommes occupés du matin au soir par l'entretien du nid et la quête de nourriture. Ce n'est pas facile de survivre dans la forêt. Adam est un bon ami et un garçon optimiste. Sans lui, je doute que j'aurais tenu bon."