Un livre noté grâce aux blogs, et proposé lors de la dernière édition Masse Critique de Babelio. Je me suis précipitée, et j'ai bien fait !

parfum de l'hellébore

Deux parties très différentes dans ce livre, même si le thème reste le même : 

- La vie en 1956 dans le centre Falret, à Paris. Cet hôpital psychiatrique novateur accueille des jeunes entre 13 et 20 ans présentant divers troubles comme l'autisme, l'anorexie, la dépression ... On y entre à travers les yeux de Béatrice, jeune anorexique qui écrit son journal, et Anne, jeune fille qui travaille dans le centre et écrit régulièrement à sa meilleure amie, étudiante en psychologie, pour lui raconter son quotidien et le traitement des patients. Elle se focalise surtout sur Béatrice mais aussi sur Gilles, un jeune autiste qui semble inaccessible.

- De nos jours, les recherches de Sophie, étudiante en sociologie et psychologie, qui écrit une thèse sur "l'évolution des conditions de vie dans les hôpitaux psychiatriques parisiens de l'après-guerre à la fin des années soixante." Grâce à ses investigations, elle va retrouver le journal de Béatrice et les lettres d'Anne et ainsi pouvoir suivre leur vie et l'évolution des patients.

Résumé comme ça, je me rends compte que ça ne donne pas très envie ! Et pourtant c'est un livre que je n'ai pas lâché pour de multiples raisons : plein d'émotions sans être mièvre, beaucoup d'humanité,  l'intérêt du suivi des avancées dans les thérapies, l'enquête qui nous tient en haleine pour connaître le devenir des patients, l'écriture fluide.

Bref, un très bon premier roman que je recommande vivement.